L’avenir des infrastructures de New York

 

En 1916, par le biais de l’Urban Building Zone Resolution Act, la fondation de ce qui est aujourd’hui New York a été posée. Compact, bondé et vertical, c’est la ville des gratte-ciel, la capitale du monde pour beaucoup.

Il a un horizon indubitable, qui, compte tenu de la nature dynamique de cette ville, est en constante évolution. Ce dynamisme va être notre guide pour tenter de se rapprocher de l’avenir des infrastructures new-yorkaises.

 

New York City à la conquête du paradis

Après la crise financière du début du 21e siècle, New York a été dépassée dans la conquête du ciel par d’autres grandes villes. Singapour ou Hong Kong sont peut-être les plus importants. Cependant, la ville nord-américaine semble s’être rétablie et la situation commence à s’inverser.

Grues à New York

Plusieurs projets ont été lancés qui cherchent à la repositionner comme ville des gratte-ciel. Ces méga-bâtiments, dont beaucoup sont encore en construction, dépasseront le chiffre effrayant de 350 mètres de haut. La plus ambitieuse est la tour Central Park de 472 mètres.

Les futurs bâtiments comprennent 111 West 57th Street; 438 mètres; le One Vanderbilt, 423 mètres; le Two World Trade Center ou 2 WTC, 403 mètres; et les 30 Hudson Yards déjà inaugurés, d’une hauteur de 387 mètres.

Ces moles d’acier et de béton modifieront l’horizon de la ville telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cependant, aucun d’entre eux ne met en péril l’importance du One World Trade Center, avec ses 541 mètres de haut.

 

Projets en vedette à New York

Ceux que nous avons mentionnés Ce ne sont pas les seuls projets conçus ces dernières années dans l’urbanisme de la ville.. Certains sont déjà réalité, tandis que d’autres, toujours en marche, tentent de perpétuer la verticalité caractéristique de New York.

 

Hudson Yards

Un exemple de cet intérêt à perpétuer la verticalité est le projet immobilier Hudson Yards à l’ouest de l’île de Manhattan. Son objectif est de transformer un espace « abandonné », un parking pour les trains, dans un complexe de six gratte-ciel, un centre commercial, une école et un nouvel espace culturel.

L’élément le plus remarquable est la sculpture Le navire, conçu par l’architecte britannique Thomas Heatherwick. Cette sculpture de 45 mètres de haut est composée de 2500 marches réparties sur plus de 150 volées d’escaliers. Des dizaines de points de vue ont été construits entre ces sections.

Une autre caractéristique de ce macroprojet, dont une partie est déjà une réalité, est l’effort fait dans le respect de l’environnement. Il est conçu pour minimiser les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de collecter et de filtrer des dizaines de millions de litres d’eau de pluie pour les réutiliser.

 

The High Line

Il existe des projets moins ambitieux qui cherchent à faire de la ville un espace plus convivial pour ses citoyens. Un exemple est ce projet, qui transformé une section surélevée d’un chemin de fer inopérant en parc linéaire.

Ainsi, un vestige du passé industriel de la ville est devenu un espace vert, un lieu de rencontre. Avec ses presque 2,5 km, la High Line aujourd’hui c’est une petite oasis à New York.

 

Ville verticale ou ville durable ?

Les opinions sont nombreuses et diverses sur la ville de New York. Il y a ceux qui soulignent l’abandon des infrastructures publiques (rues, ponts et autoroutes), l’obsolescence du système ferroviaire ou les difficultés que rencontrent les personnes disposant de moins de ressources pour accéder à un logement.

D’autres, en revanche, soulignent sa valeur en tant que ville cosmopolite. Pour eux, la grande valeur de la ville est sa position à l’avant-garde culturelle, sa capacité à attirer de nouveaux résidents et sa générosité avec eux.

Sans entrer dans les discussions, ouais il vaut la peine de réfléchir sur la durabilité de ce modèle de mégapole. Selon Chris Kennedy, professeur de génie civil à l’Université de Toronto, New York est “la capitale mondiale de la production annuelle de déchets”: 33 millions de tonnes.

Tokyo, avec 12 millions d’habitants de plus, génère 12 millions de tonnes de déchets. La consommation d’énergie de New York est également beaucoup plus élevée que celle de la capitale du Japon. Pour lui, certains croient que l’avenir de la ville ne devrait pas se concentrer uniquement sur la construction des appartements de luxe, des centres commerciaux ou des immeubles de bureaux.

L’avenir requiert un plus grand intérêt pour l’environnement. Le défi est de créer une ville plus durable où vous pourrez profiter de sa merveilleuse offre culturelle dans un environnement plus propre et où le cosmopolitisme se traduit par plus de diversité et moins de différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *